dimanche 28 août 2016

Le Champlain inaugure le môle du Verdon



Le Port-Autonome-de-Bordeaux soucieux de valoriser sa façade atlantique, à entrepris des travaux gigantesques pour l'époque au Verdon, situé à l'embouchure de la Gironde, le plus estuaire d'Europe. Édifié en 4 ans par 1000 ouvriers, dans le style art-déco tardif, disposant d'une double plateforme, autos à l'étage, chemin de fer à la basela première ligne électrifiée de la toute nouvelle SNCF !), doté d'amortisseurs hydrauliques d'accostage, relié à la côte par un viaduc de 370 m. Les usagers gagnaient un temps considérable, Bordeaux étant située à plus de 100 kms. 




Il fallait une star pour l'inauguration et ce fut le Champlain de la Compagnie Générale Transatlantique qui fut invité. Le 22 juillet 1933, arrivant directement de New-York, il y débarqua environ 700 pèlerins pour Lourdes. Après une visite au pas de charge par les autorités, il reprit la mer pour sa destination finale, Le Havre, offrant en souscription une mini-croisière de deux-jours/une nuit à 150 personnes. 

Le mythe : les meilleures prises de vue du paquebot, en tous cas les plus connues, ayant été prises au Verdon pour cette occasion, d'aucuns conclurent un peut hâtivement à l'existence d'une ligne transatlantique Bordeaux-New-York ! Il n'en a rien été, le Champlain n'ayant fait halte au môle du Verdon qu'une matinée et... n'y revint jamais !






source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés





source et crédit-photo : © French lines


source, crédit-photo : Éditions Tito


source et crédit-photo : port-autonome de Bordeaux


source et crédit-photo : Éditions Delboy



Avant-gardiste pour les uns, décrié par d'autres, le môle accueillit environ une centaine de rotations de paquebots avant d'être détruit par les troupes allemandes de la poche de Royan.


source et crédit-photo : Éditions Gilbert


source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés






source et crédit-photo : IGN/Geoportail

Ironie de l'histoire :


Le Champlain fut donc le premier paquebot à accoster le môle. Il fut, hélas aussi le premier a être détruit au début de la seconde guerre mondiale, alors qu'il avait été désigné pour emmener les parlementaires français en Afrique.

Le Massilia devait le remplacer pour cette mission et... ce fut le dernier paquebot à quitter le môle !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire